Blog

Faire vivre des expériences porteuses de sens

rencontre Pecha Kucha

à Lyon le 2 février 2017

Lieu : Pratiques Artistiques Amateurs, Centre d’échanges Perrache (niv.4 côté Saône) Place Carnot, Lyon 2e

Contact : Emile Hooge – Nova7 – 04 78 47 51 11

Co-organisé avec La MYNE

 

Pour vous inscrire gratuitement sur Eventbrite

 

Le thème de la rencontre
On voit apparaître de nombreuses initiatives pour transformer la société et engager une transition vers un monde plus durable, plus solidaire, plus poétique… Parmi ces initiatives, nous nous intéresserons en particulier à celles qui proposent de vivre des expériences porteuses de sens, en s’adressant aux citoyens d’une ville, aux apprenants d’une formation, aux publics d’une exposition ou d’un spectacle, aux salariés d’une entreprise ou aux entrepreneurs d’un territoire.
Nous avons réuni 6 intervenants qui créent de telles expériences originales et vivantes, chacun à leur manière, chacun dans leur univers. Il peut s’agir de partager des connaissances ou des émotions, d’organiser des moments collectifs ou individuels, de susciter la participation active du public ou de l’embarquer dans un monde immersif… Ils nous présenteront leurs initiatives et ensemble nous imaginerons des pistes nouvelles pour inventer le monde qui vient.

L’animation Pecha Kucha

Les intervenants prendront la parole à tour de rôle pour nous présenter en 6 min. 40 leur initiative avec un diaporama illustré (20 diapositives x 20 secondes). Ils nous raconteront comment ils font vivre aux gens des expériences mémorables et porteuses de sens. Ce principe d’animation nous permettra de découvrir rapidement une diversité démarches, de lancer des discussions stimulantes et de trouver des inspirations pour l’avenir.
10h00 l’accueil
10h15 les 6 présentations + questions surprises
11h15 la discussion avec le public
12h00 les échanges informels autour d’un verre

Les intervenants

Annick Charlot – Compagnie Actes –
Le « Journal d’un seul jour » est un drame chorégraphique se déroule dans la ville pendant 24 heures. Une interface numérique embarque le spectateur, augmente la narration et active une communauté poétique de complices.

Claudine Revol – Ouishare –
« POC 21 » est une résidence d’innovation rassemblant plus de 100 contributeurs pendant 5 semaines pour fabriquer les briques open source d’une société durable, zéro carbone et zéro déchets.

Diane Lenne – WAP –
« We are the projects » crée et anime des communautés d’échanges dans des écoles, des entreprises ou sur des territoires pour apprendre les uns des autres.

Isabelle Radtke – Les Usines Louise (avec ECAN) –
« Forest as a DAO » est une entité collective composée de plantes, d’œuvres d’art ou d’humains. Le visiteur est invité à rejoindre ce collectif et interagir avec les autres membres, en pair-à-pair, grâce à une blockchain.

Ulrich Fischer – Memoways –
Avec les “Patrimoines en partage” le visiteur d’un territoire devient acteur du patrimoine à travers son expérience unique et sensible qu’il choisit de partager par la vidéo.

Bruno Vitasse – Zone-AH! –
Des ateliers d’agriculture urbaine sont organisés sur le « Living Roof » pour nous accompagner à développer notre résilience alimentaire.

 

 

Le compte-rendu

Après la rencontre, vous retrouverez ici le compte-rendu et les vidéos des interventions.

Cultiver l’économie collaborative dans les territoires

Publication Emile HOOGE avec Antonin LEONARD sur Huffington Post.
L’économie collaborative propose de nouveaux modèles, porteurs de sens, pour le développement des territoires : de nouveaux modes de consommation privilégiant l’usage sur la possession, de nouvelles manières de produire en pair-à-pair, de nouvelles relations de confiance fondées sur le partage, les réseaux sociaux et la proximité et de nouvelles formules participatives pour financer des projets.

Quelle ville pour une économie peer-to-peer ?

Interview de Michel BAUWENS par Emile HOOGE sur millenaire3.com.
Face à l’émergence de nouveaux modèles économiques fondés sur le peer-to-peer et les communs, comment doit réagir la ville ? Doit-elle anticiper cette tendance ? Peut-elle même la soutenir et développer des institutions pour accompagner la transition au bénéfice de tous ?

Accessibilité de la ville : le handicap comme moteur d’innovation

Publication Geoffroy BING sur Innov’ in the city.
En rupture avec des représentations bien souvent stigmatisantes dès lors que l’™on aborde les questions de handicap et d’accessibilité dans la ville, il est temps aujourdh’™hui de considérer le handicap sous l’™angle de l’innovation. Parce qu’il pose avec singularité des questions d’™usage, d’™accessibilité et d’™acceptabilité spécifiques, le handicap constitue non seulement une source d’innovation technique trop peu exploitée, mais aussi un prisme par lequel l’accessibilité de la ville pour tous gagnerait à être envisagée.

Explorons le temps passé dans les transports !

Intervention Julien CASALS pour le Pôle Marketing Public du Grand Lyon.
A quoi le temps passé dans les transports est-il occupé (1h30 par jour en moyenne pour les personnes qui travaillent, 30 minutes pour les autres) ? Comment est-il vécu par les usagers et les habitants ? Temps utile ? Temps perdu ? Temps contraint ?…

La télérelève : une plus-value pour l’usager ?

Publication Geoffroy BING dans la revue M3.
Fruit de la convergence entre le numérique et les réseaux de services urbains, la télérelève est l’un des pivots de la ville intelligente. C’est un dispositif permettant aux villes de mieux maîtriser les consommations des usagers, à la condition toutefois que son déploiement intègre information, fiabilité et sécurité des données…

Vers un urbanisme open-source pour une ville liquide

Réflexion Emile HOOGE A  propos de la conférence de Saskia Sassen à Lift Marseille 2011
Saskia Sassen a partagé avec nous quelques remarques intéressantes sur les villes à l’ère numérique et nous propose de nouvelles formes d’engagement pour construire la ville collectivement.

Prospective urbaine en Lego ?

Intervention Emile HOOGE
Comment bâtir une ville propice à une nouvelle économie collaborative ? C’est à partir de cette question et de plusieurs kilos de Lego que nous avons organisé un atelier de prospective expérimentale. Notre ambition était de bousculer et compléter les réflexions prospectives classiques sur l’avenir de la ville en y apportant une petite dose de créativité et des applications concrètes.